Sans mécanisme de responsabilisation et un taux d’emploi plus élevé, nous fonçons tout droit vers une situation intenable

Cet après-midi, les représentants des organisations patronales et syndicales et du gouvernement se sont réunis pour se pencher sur le budget de la sécurité sociale. Une des questions importantes est de savoir si, comme le prévoit l’accord de gouvernement, nous parviendrons à la fois à maintenir un niveau de sécurité sociale bon et finançable, et à mettre plus de personnes au travail. Dans un contexte de vieillissement de la population, le financement de notre sécurité sociale fait face à de grands défis liés au nombre élevé d’inactifs (1,7 million de personnes), à la faible durée de la carrière ou encore au taux d’emploi faible de certaines catégories en comparaison aux autres pays. Selon la Fédération des entreprises de Belgique (FEB), atteindre un taux d’emploi de 80% d’ici à 2030 reste la meilleure garantie pour assurer la soutenabilité financière de notre sécurité sociale.


Presse, COMMUNICATION & EVENTS
01 octobre 2021

Une politique cohérente est plus que nécessaire pour atteindre un taux d’emploi de 80% d’ici 9 ans et pour préserver notre sécurité sociale. Générer davantage de recettes pour la sécurité sociale en ayant un maximum de personnes à l’emploi doit être la priorité absolue. D’une part, nous devons à cet effet activer et réintégrer des personnes éloignées du marché du travail, ce qui  permettrait de réduire les dépenses liées au chômage s’élevant aujourd’hui à 8,2 milliards EUR. D’autre part, la réactivation et la réintégration des malades de longue durée pourraient soulager les dépenses en invalidité atteignant à ce jour 7,2 milliards EUR. C’est la raison pour laquelle la FEB s’oppose aux propositions contre-productives lancées ces dernières semaines, comme les allocations de chômage illimitées en cas de démission, qui encouragent l’inactivité au lieu de la décourager.

La dotation d’équilibre, un chèque en blanc

La dotation d’équilibre permettant d’équilibrer le budget de la sécurité sociale en 2021 s’élève à plus de 6 milliards EUR. À ce jour, cette dotation constitue un réel chèque en blanc puisqu’elle permet de combler, chaque année, et automatiquement, le déficit de la sécurité sociale. Et ce, peu importe le montant qui doit être couvert et sans mécanisme de responsabilisation. La dotation d’équilibre s’ajoute à la dotation de base et au financement alternatif tous deux déjà financés par l’État, faisant de ces interventions 1/3 des recettes de la sécurité sociale. La dotation d’équilibre est devenue de facto une subvention publique normale et inconditionnelle, supprimant toute incitation à la responsabilisation.

Vers une sécurité sociale durable, efficace, moderne et simple

La FEB plaide depuis des années pour la mise en place d’une politique qui suit la réalité du marché du travail et qui ne se met pas des œillères concernant les évolutions excessives et insoutenables du budget de la sécurité sociale. L’heure est venue d’un débat approfondi qui met en lumière les défis du marché du travail et de la sécurité sociale à court, moyen et long terme.

« Aujourd’hui, nous sommes confrontés à d’énormes défis : le coût du vieillissement et des soins de santé augmente de manière exponentielle, trop de citoyens en âge de travailler sont inactifs, d’énormes pénuries de main-d’œuvre étouffent la croissance économique et, pour couronner le tout, les dépenses de sécurité sociale sont en constante augmentation. L’automatisme de la dotation d’équilibre qui doit assurer que le compte final soit toujours correct n’encourage pas la responsabilisation ni l’investissement dans une sécurité sociale durable, performante et moderne. Il est grand temps de réfléchir à l’avenir de notre sécurité sociale, y compris dans l’intérêt des générations futures », affirme Monica De Jonghe, directeur général et Executive Manager du centre de compétence Emploi & Sécurité sociale.

 

Nos partenaires

Domaines d'action

Un environnement entrepreneurial optimal est essentiel à une économie saine et à une croissance durable. La FEB entend contribuer à la création et au maintien d'un tel environnement, notamment en suivant attentivement tous les dossiers qui touchent de près la vie des entreprises. Voici, regroupés sous 18 thèmes, les dossiers sur lesquels elle concentre ses réflexions et initiatives.


Newsletters FEB

Inscrivez-vous et recevez chaque semaine, dans votre boîte mail, les derniers articles parus.