Let's Talk, le podcast de la FEB, avec Arnaud Feist, CEO de Brussels Airport Company

Dans Let’s Talk, la FEB vous fixe rendez-vous avec une figure clé du monde entrepreneurial en Belgique. Qui se cache derrière la femme ou l’homme chef d’entreprise ? Quel est le moteur qui la ou le pousse à faire tourner son entreprise 24 h sur 24, 7 j sur 7 ? La passion des chiffres, les gènes, l’ambition... ? Let’s Talk raconte une histoire personnelle, un businesscase dynamique sur la scène et dans les coulisses. Notre invité Arnaud Feist (CEO Brussels Airport Company) détaille pour nous l’impact de la pandémie sur l’activité de l’aéroport mais aussi, et surtout, sa vision à l’horizon 2040 de cet important pôle économique de notre pays. 

« Le Belge n’est pas assez fier, alors qu’il a tous les motifs de l’être »

Ingénieur commercial diplômé de l’École de Commerce Solvay, Arnaud Feist a passé une décennie au sein du groupe suédois SCA, spécialisé dans les emballages. Société pour laquelle il a été amené à effectuer de nombreux voyages. Faut-il y voir un lien de causalité ? Toujours est-il qu’en 2005, il rejoint Brussels Airport, récemment privatisée, et y occupe diverses fonctions avant d’être nommé, en février 2010, CEO de l’entreprise. 


Fréquentation « passagers » en chute de 91%. Inauguration d’un bâtiment de 50.000 m2  offrant d’importants espaces de stockage réfrigérés et un accès direct au tarmac. Les nouvelles relatives à Brussels Airport se suivent mais ne se ressemblent pas. C’est que Brussels Airport, c’est bien plus qu’un simple aéroport. Autant la crise a frappé durement le transport passagers (perte financière estimée à 150 millions pour 2020 et pas de retour prévu à un niveau d’activité normal avant 4 à 5 ans), autant elle a permis à son activité cargo de se maintenir confortablement à flot, voire à croître. « L’activité cargo connaît même un essor, et ce depuis le début de la crise. On note en mars 2021 une augmentation des volumes transportés (dont sans surprise des masques et des vaccins) de près de 41% par rapport à mars 2020 et de 27% par rapport à mars 2019. À cela s’ajoute la hausse liée aux volumes traités par des entreprises d’e-commerce, comme DHL, installées sur le site de Brussels Airport », explique Arnaud Feist, CEO.

Un pôle économique incontournable

Brussels Airport est aujourd’hui considéré comme une référence internationale – certification de l’Association internationale des compagnies aériennes (Iata) à l’appui – pour le transport de produits thermosensibles, tels que médicaments et vaccins. Une reconnaissance dont notre dirigeant invité ne cache pas sa fierté. « C’est là le résultat d’une ‘veille’ stratégique et prospective qui a poussé il y a quelques années les dirigeants de Brussels Airport à lancer une analyse en profondeur des segments du marché où l’entreprise offrait ou pouvait offrir une valeur ajoutée. » Quatre segments stratégiques s’en sont dégagés : le biopharmaceutique (où notre pays est performant non seulement dans le domaine de la R&D, mais aussi dans celui de la production), l’e-commerce, les produits périssables et, enfin, le transport d’animaux. « Nous avons pour cela fortement investi dans les infrastructures et les processus logistiques de fret par avion. »

S’il est l’un des pôles économiques les plus importants du pays (près de 24.000 emplois directs (sur le site), 40.000  emplois indirects au bénéfice des 3 Régions, 317 entreprises, 18 secteurs), Brussels Airport est aussi – conséquence logique –, un important pourvoyeur de main-d’œuvre. « Une étude menée en 2019 conjointement par Aviato, notre centre d’emploi, et la KULeuven le confirme. Et, contrairement à une idée reçue, elle fait état d’emplois de qualité (72% de temps pleins), d’emplois très variés et stables. La crise a malheureusement eu raison d’environ 4.000 emplois, avec la faillite de Swissport et les licenciements opérés par quelques entreprises actives dans le segment passagers. »

Chaque crise apporte son lot d’enseignements

Depuis sa prise de fonction à la tête de l’aéroport en 2010, Arnaud Feist aura vécu quelques crises, et non des moindres. La pire étant le terrible attentat du 22 mars 2016. Pandémie, grèves des bagagistes, grèves des aiguilleurs du ciel, éruption d’un volcan paralysant le trafic, querelles autour du survol de Bruxelles. « Chaque crise apporte son lot d’enseignements et on en sort chaque fois plus fort, mieux armé pour faire face à la suivante. On acquiert des réflexes pour pouvoir gérer au mieux les imprévus. Cela suppose, et c’est important, que l’on soit entouré d’une équipe très réactive. »

Dans un écosystème comme Brussels Airport, qui héberge une multitude de sociétés, gérer les conflits sociaux, petits et grands, est une pratique récurrente. « Mon rôle de facilitateur est de mettre les gens autour de la table en vue d’une solution et, sans prendre pour autant parti, de veiller à ce que l’intérêt général prime. »

Le transport de demain sera intelligent… ou ne sera pas

Les flux aéroportuaires étant presque par essence toujours tendus, avec une nécessité de traiter en temps réel une quantité impressionnante de données, ils sont un domaine par excellence où l’intelligence artificielle a très vite démontré sa plus-value. L’IA est aujourd’hui un véritable outil d’aide à la prise de décision. BRUcloud, lancé en 2016, est une plateforme ouverte pour le partage de données relatives à toutes les expéditions de fret. Tous les partenaires de la communauté logistique à l’aéroport y ont accès. Elle représente un gain considérable en temps et en efficacité. À telle enseigne qu’aujourd’hui Brussels Airport commercialise cette technologie au bénéfice d’autres aéroports. De même, AOP, pour Airport Community App, est devenu un outil essentiel pour toutes les équipes opérationnelles intervenant sur le site de Brussels Airport, de l’arrivée des passagers jusqu’à leur embarquement.

Brussels Airport à l’horizon 2040

« Brussels Airport à l’horizon 2040, c’est le résultat d’un grand chantier ouvert dès 2015 afin de montrer à toutes les parties prenantes ce que l’aéroport peut apporter à la Belgique à long terme », explique Arnaud Feist, qui revient pour nous sur sa méthode en vue de privilégier la transparence et le consensus. « Car les intérêts des riverains ne sont pas incompatibles avec les intérêts économiques de l’aéroport. Plus de passagers ne signifie pas – plus aujourd’hui – plus de vols. » La diminution de l’impact de l’activité de l’aéroport sur l’environnement s’inscrit en fil rouge dans sa stratégie pour les 20 prochaines années. Répartir autrement et mieux les divers modes d’accès à l’aéroport, renforcer le rôle de carrefour intermodal de ce dernier en fait partie, de même que trois engagements inscrits dans le Rapport environnement 2019 de l’entreprise. Envie d’en savoir plus ?

Écoutez l'intégralité du podcast… via Spotify ou Apple Podcasts

 

 

Bloquez dès à présent la date dans votre agenda pour le prochain podcast Let’s Talk de la Fédération des entreprises de Belgique. Notre invité Herman Nijns (CEO Randstad Group BeLux) est un expert chevronné du monde du travail et il défend avec conviction la force et la valeur de 'toute forme de travail' pour l’homme et pour la société. Écoutez son plaidoyer le jeudi 24 juin 2021.

Nos partenaires

Domaines d'action

Un environnement entrepreneurial optimal est essentiel à une économie saine et à une croissance durable. La FEB entend contribuer à la création et au maintien d'un tel environnement, notamment en suivant attentivement tous les dossiers qui touchent de près la vie des entreprises. Voici, regroupés sous 18 thèmes, les dossiers sur lesquels elle concentre ses réflexions et initiatives.


Newsletters FEB

Inscrivez-vous et recevez chaque semaine, dans votre boîte mail, les derniers articles parus.