La FEB prend (partiellement) congé de Philippe Lambrecht

Le jeudi 19 mai, la FEB a officiellement pris congé de Philippe Lambrecht, et ce, lors d’une cérémonie aussi fructueuse que chaleureuse, qui a accueilli près de 200 convives : collègues du monde des affaires et du monde académique, confrères, famille. Koen Geens, député fédéral, et Alexia Bertrand, députée et cheffe de groupe MR au Parlement bruxellois, orateurs invités, ont visiblement pris beaucoup de plaisir, chacun à sa manière, à remercier Philippe pour ses multiples contributions au droit des affaires, mais pas seulement.  

Il y a quelques mois déjà, après 18 années en tant qu’administrateur-secrétaire général de la FEB et responsable de son centre de compétence Droit & Entreprise, Philippe Lambrecht a réduit ses activités au sein de la FEB. Le COVID s’étant invité dans le planning, la cérémonie officielle marquant la fin de son mandat dut être repoussée de quelques mois.

Le mot de bienvenue est revenu à Bart De Smet, président de la FEB, qui a eu beau jeu de souligner le caractère prédestiné du juriste chevronné qu’est Philippe de par son patronyme même : Lamb/recht !

Pour sa part, Pieter Timmermans, CEO de la FEB, est revenu sur sa collaboration avec Philippe à la tête de l’organisation dès 2012. En évoquant notamment l’impact, sur l’organisation interne de la FEB, de la crise économique et financière. « En interne, nous avons dû corriger le budget, adapter les structures, mettre en œuvre une nouvelle stratégie de communication… J’ai toujours pu compter sur tes idées constructives et tes conseils avisés. » Intégrité, excellence juridique, capacité d’analyse cartésienne et sens de l’équilibre : voilà résumées quelques qualités que Pieter a pu observer et apprécier tout au long de ces années.

Hybride, Philippe ?
S’en sont suivis les interventions des deux orateurs invités, Koen Geens et Alexia Bertrand. Des interventions tout en relief et en couleur, qui n’avaient rien d’hommages standards aménagés à la marge… Entre rappels historiques très nourris, messages « à bon entendeur » et anecdotes humoristiques, les deux interventions se sont au passage fait écho autour d’une même notion : hybride.

« En repensant à tout cela et à nos nombreuses discussions, je me suis demandé, à l’heure où la mobilité alternative a le vent en poupe et les voitures hybrides ont la cote, si tu n'étais pas, toi aussi, un peu hybride, comme si tu roulais sur plusieurs sources de carburants. Académique et praticien ; au croisement du droit et de l'économie ; baignant autant dans le français que dans le néerlandais ; homme des institutions (la CBFA/FSMA entre autres) mais aussi fervent défenseur du secteur privé et des entreprises ; aussi bon orateur qu’auteur ; fin juriste capable de la plus grande rigueur et technicité et en même temps véritable pragmatique doté d'une vision hélicoptère, intéressé par tous les sujets sociétaux. Bref, hybride dans tes fonctions, tes passions, tes intérêts. » – Alexia Bertrand, députée et cheffe de groupe MR au Parlement bruxellois

Koen Geens, député fédéral, a fait revivre à l’auditoire – comme s’il y était ! –, les coulisses de la contre-offensive à l’OPA inamicale de Carlo de Benedetti sur la Société générale de Belgique. C’est de là que remontent ses premiers contacts avec Philippe, qui partageait avec lui une grande admiration pour Jean-Louis Duplat (président de la CBFA/FSMA de 1988 à 2000). Mais c’est la fonction de Philippe à la tête du département juridique de la FEB qui a décisivement rapproché les deux hommes.

« Je tiens en particulier à remercier la FEB qui, fidèle à une longue tradition, de Guy Keutgen à Arie Van Hoe en passant par Philippe Lambrecht, réunit des juristes de haut niveau sur toutes les questions intéressant les entreprises, dans le but d’instaurer un climat entrepreneurial de qualité et juridiquement sûr. La manière de faire, alliant compétence et discrétion, témoigne d’une générosité exceptionnelle qui est très appréciée et que nous espérons voir se prolonger longtemps. » – Koen Geens, député fédéral

Enfin, ce fut au tour du principal intéressé de prendre la parole. Après de nombreux remerciements à toutes celles et tous ceux qui ont compté durant sa carrière, Philippe Lambrecht est revenu sur quelques messages qui lui tiennent à cœur en tant que juriste passionné qui n’a eu de cesse de regarder le droit comme un entrepreneur. Citant Winston Churchill : « On considère le chef d'entreprise comme un homme à abattre, ou une vache à traire. Peu voient en lui le cheval qui tire le chariot. Il est (grand) temps d’améliorer la perception qu’ont les gens de l’entreprise et de faire remonter sa valeur ajoutée dans l’économie et le bien-être commun ».

Philippe Lambrecht reste lié à la FEB, où il est chargé de missions spéciales comme le développement des chaires universitaires qu’elle a créées. Il est également toujours professeur à l’UCLouvain et a été nommé récemment au Conseil supérieur de la justice. La soirée d’hommage de jeudi ne signait donc pas des adieux mais bien un simple et chaleureux au revoir !


La cérémonie s’est achevée par un cocktail de réseautage, largement consacré, pour celui qui était à l’honneur, à la dédicace du Liber Amicorum qui lui est dédié.

 

 


> Cliquez ici pour la GALERIE PHOTOS.

Nos partenaires

Domaines d'action

Un environnement entrepreneurial optimal est essentiel à une économie saine et à une croissance durable. La FEB entend contribuer à la création et au maintien d'un tel environnement, notamment en suivant attentivement tous les dossiers qui touchent de près la vie des entreprises. Voici, regroupés sous 18 thèmes, les dossiers sur lesquels elle concentre ses réflexions et initiatives.


Newsletters FEB et communiqués de presse

Inscrivez-vous et recevez chaque semaine, dans votre boîte mail, les derniers articles parus.