Relations commerciales UE-Inde

La FEB a organisé une consultation avec le député européen Geert Bourgeois et son équipe. Le 8 mai, lors d’un sommet de haut niveau, l’UE et l’Inde ont décidé de reprendre les négociations commerciales et de viser également un accord sur les investissements et un accord sur les indications géographiques. Ces négociations commerciales avaient débuté initialement en 2007, mais elles ont échoué en 2013.


Sofie Declerck, CENTRE DE COMPÉTENCE EUROPE & INTERNATIONAL
23 novembre 2021

Geert Bourgeois est le rapporteur de ces négociations au Parlement européen et il joue donc un rôle important dans ce dossier. Il est parfaitement placé pour faire pression afin que l’annonce ne reste pas sans suite. En effet, il n’est pas certain que l’Inde prenne son engagement très au sérieux. Ce n’est évidemment pas par hasard que les négociations précédentes ont échoué. De plus, l’Inde n’est pas un négociateur facile et elle réagit parfois de manière protectionniste à l’égard de l’Organisation mondiale du commerce ; citons par exemple sa position sur la dérogation ADPIC concernant les vaccins ou son refus d’adhérer à l’accord sur les marchés publics. En outre, elle a décidé en dernière minute de se retirer de l’accord RCEP.[1]

Il ne faut toutefois pas se décourager. Au contraire, nous devons faire en sorte d’en tirer le meilleur parti. Pour la FEB, ainsi que pour son organisation coupole BusinessEurope, c’est le moment idéal pour éliminer les barrières actuelles dans la relation et pour supprimer autant que possible les tarifs élevés qui s’appliquent actuellement. Plus spécifiquement, la FEB estime qu’il est important de ramener à zéro les tarifs sur le diamant poli. Le secteur diamantaire anversois est en effet un acteur très important sur la scène mondiale et ces tarifs élevés lui font subir un préjudice concurrentiel par rapport à d’autres parties du monde.

FEB – L’Inde est la cinquième plus grande économie du monde et elle connaît une des croissances les plus rapides. Cela offre d’innombrables possibilités aux entreprises belges. Le moment est donc idéal d'en faire une utilisation optimale. La FEB exhorte l’Inde à joindre le geste à la parole et à négocier de manière constructive. Du côté de l’UE également, nous encourageons à rechercher un accord ambitieux et global et à tout mettre en œuvre pour réduire autant que possible les charges des deux parties.


[1]Regional Comprehensive Economic Partnership”, un accord commercial entre Singapore, la Malaisie, la Thaïlande, le Myanmar, le Laos, le Vietnam, le Cambodge, les Philippines, Brunei, l’Indonésie, la Chine, le Japon, la Corée du Sud, l’Australie et la Nouvelle-Zélande.

Nos partenaires

Domaines d'action

Un environnement entrepreneurial optimal est essentiel à une économie saine et à une croissance durable. La FEB entend contribuer à la création et au maintien d'un tel environnement, notamment en suivant attentivement tous les dossiers qui touchent de près la vie des entreprises. Voici, regroupés sous 18 thèmes, les dossiers sur lesquels elle concentre ses réflexions et initiatives.


Newsletters FEB

Inscrivez-vous et recevez chaque semaine, dans votre boîte mail, les derniers articles parus.