La recherche d’opportunités post-Brexit

La semaine dernière, nous avons présenté notre plan d’avenir ‘Horizon Belgique 2030’ visant à faire de la Belgique un pays stable et efficace, où il est rentable d’entreprendre et agréable de travailler et de vivre. Ce plan part du constat que notre pays est aujourd’hui confronté à quatre grands défis. L’un de ces défis est la tendance internationale à la démondialisation et au protectionnisme. Pour une petite économie ouverte comme celle de la Belgique, cela peut avoir des conséquences négatives de grande envergure.


Pieter Timmermans, ADMINISTRATEUR DÉLÉGUÉ
11 mai 2022

Cette tendance à la démondialisation et au protectionnisme s’est manifestée ces dernières années non seulement au niveau international, mais aussi au niveau européen. De nombreuses tensions diplomatiques et commerciales ont eu un impact négatif direct ou indirect sur nos flux commerciaux. Ainsi, en juin 2016, les Britanniques ont choisi de quitter l’Union européenne. De ce fait, l’intégration économique de notre continent européen a accusé un recul. Cela a conduit à des négociations difficiles à la fois sur le retrait de l’UE et sur la relation future.

Heureusement, l’UE et le Royaume-Uni ont finalement réussi à conclure un nouvel accord sur les relations commerciales. Grâce à cet accord, nos entreprises, qui commercent avec le Royaume-Uni, ne sont pas soumises à des droits de douane et à des quotas. Pour le monde belge des entreprises, cette décision était particulièrement positive. Il faut toutefois préciser que cet accord n’offre pas les mêmes avantages que l’adhésion à l’Union européenne. Par conséquent, les entreprises doivent faire face aujourd’hui à de nombreuses nouvelles règles et procédures concernant les importations et les exportations avec le Royaume-Uni. Tout cela a un impact négatif sur le commerce bilatéral entre nos deux pays. Ainsi, en 2021, les exportations vers le Royaume-Uni ont diminué de plus de 7%, tandis que les exportations mondiales de la Belgique ont augmenté de plus de 20% par rapport à 2020.

Cet accord s’est avéré être la pierre angulaire des relations entre l’UE et le Royaume-Uni au cours de l’année écoulée. Une réalisation aussi importante ne peut être mise en péril. Nous sommes donc préoccupés par les tensions qui entourent la mise en œuvre du Protocole concernant l’Irlande et l’Irlande du Nord. Nous espérons que des actions unilatérales seront évitées. C’est important pour la mise en œuvre complète de l’accord commercial et cela nous permettra également d’approfondir notre collaboration sur des questions cruciales pour la compétitivité future des entreprises belges et britanniques.

#BEmissionUK

Cette semaine, plus d’un an après l’entrée en vigueur du nouvel accord commercial avec les Britanniques, une délégation de plus de 400 Belges a traversé la Manche sous la conduite de la Princesse Astrid. En tant qu’organisation d’employeurs, nous attachons une importance particulière à ces missions économiques destinées à renforcer nos relations commerciales. Ces missions, présidées par la Princesse Astrid, favorisent l’accès à de nouveaux marchés dans le monde et permettent aux entreprises belges de recueillir plus facilement des informations ou d’établir des contacts avec des clients ou des partenaires potentiels. La présence d’un membre de la famille royale ne doit pas être sous-estimée. Elle ouvre des portes dans le sens où, au-delà des contacts officiels, une visite royale crée une dynamique qui place notre pays sous les feux de la rampe.

La FEB a participé à la mission et a notamment organisé une activité avec la ministre britannique du Commerce international, Penny Mordaunt, non seulement pour informer les entreprises belges des nombreux changements induits par le Brexit, mais aussi pour renforcer le commerce bilatéral et la collaboration économique. Gertjan Vlieghe, ancien banquier à la Banque d’Angleterre, a également évoqué les perspectives économiques au Royaume-Uni. En effet, pour réussir un investissement dans un pays, il faut suivre de près ses perspectives économiques.

Le libre-échange fonctionne

Pour la FEB, la solution ne peut résider dans le repli sur soi. Au contraire, compte tenu des défis auxquels le monde est confronté aujourd’hui, il est plus que jamais important d’opter pour le dialogue et une approche multilatérale afin de rétablir de manière ferme et permanente le concept de commerce international libre, équitable et fondé sur des règles. Plus que jamais, notre économie ouverte doit diversifier davantage ses flux commerciaux d’exportation et d’importation.

Nos partenaires

Domaines d'action

Un environnement entrepreneurial optimal est essentiel à une économie saine et à une croissance durable. La FEB entend contribuer à la création et au maintien d'un tel environnement, notamment en suivant attentivement tous les dossiers qui touchent de près la vie des entreprises. Voici, regroupés sous 18 thèmes, les dossiers sur lesquels elle concentre ses réflexions et initiatives.


Newsletters FEB et communiqués de presse

Inscrivez-vous et recevez chaque semaine, dans votre boîte mail, les derniers articles parus.