La manne ne tombe pas du ciel

« Ni les entreprises ni les autorités ne sont à bout de souffle. » C’est ce que se plaisent à dire les syndicats. Mais un tel message est ressenti comme peu crédible et sévère par les milliers d’entrepreneurs du pays, et plus encore par le ministre du Budget. Les chiffres sont ce qu’ils sont, y compris ceux des entreprises belges cotées en bourse, qui ont affiché de beaux bénéfices en 2021. Mais cela seulement après une année 2020 extrêmement difficile au cours de laquelle les bénéfices se sont écroulés. Ce malaise est apparemment déjà profondément enfoui dans la mémoire collective.


Pieter Timmermans, ADMINISTRATEUR DÉLÉGUÉ
26 avril 2022

Les bénéfices de l’année dernière ont été générés après la réouverture de l’économie, les consommateurs ont recommencé à consommer, les exportations ont fortement augmenté et les investissements ont repris. Voilà pour les bonnes nouvelles. Depuis le début de la guerre en Ukraine, les chefs d’entreprise sont devenus beaucoup plus pessimistes. Leurs prévisions ont rarement été aussi prudentes. La hausse sans précédent des prix de l’énergie, les pénuries de matières premières et l’augmentation des coûts de transport provoquent une flambée de l’inflation, qui menace à son tour de faire déraper les coûts salariaux. Nous n’avons nul besoin d’une telle spirale prix-salaires dans les temps incertains que nous connaissons. En outre, la pénurie de main-d'œuvre  ne joue pas en notre faveur et la hausse des taux d'intérêt freine la volonté d’investir.

Vaches à lait budgétaires

Cependant, nous craignons que les entreprises qui continuent à bien se porter malgré la pression et les risques toujours croissants soient à nouveau considérées comme des vaches à lait budgétaires, malgré leur indispensable valeur ajoutée pour l’économie belge. En effet, où en serions-nous aujourd'hui sans entreprises qui fournissent du travail à des millions de gens, qui investissent des milliards d’euros, qui assurent la prospérité ? Cette prospérité ne tombe pas du ciel. Elle est le résultat du travail acharné, de l’audace, de l’engagement et de l’action constante des entrepreneurs vers un mieux dans tous les domaines de notre société.  

N'oublions pas que la Belgique est toujours une petite économie ouverte qui dépend fortement de ses relations commerciales avec les pays voisins. Nos exportations représentent actuellement près de 80% de la valeur ajoutée produite en Belgique. Avec une économie fortement orientée vers l’exportation, la compétitivité des entreprises est cruciale.

Malheureusement, en raison du niveau très élevé de nos coûts salariaux, nous accusons un retard historique en termes de compétitivité des coûts. Par rapport à nos trois pays voisins, notre pays a de loin les coûts salariaux horaires les plus élevés. Ceci est principalement dû aux charges élevées sur le travail, qui font que l’écart entre les coûts salariaux et les salaires nets s’accroît. 

« Quelle que soit la manière dont on l'envisage, le bénéfice reste le moteur de la croissance et de la prospérité »

Bénéfice > Croissance > Prospérité

Nous ne pouvons pas nous permettre de nouvelles pertes de compétitivité. Cela nous entraînerait dans une spirale où les entreprises belges perdraient rapidement des parts de marché, verraient leur production diminuer, seraient privées de certains investissements et occuperaient au final moins de travailleurs, avec toutes les conséquences sociales que cela implique.

Quelle que soit la façon dont on l’envisage, le bénéfice reste la raison d'être d'une entreprise et le moteur de sa croissance. Il est la rémunération des risques que les entrepreneurs et les actionnaires prennent et supportent. Sans bénéfices, pas d’entreprise. Sans entreprise, pas d’emplois. Sans emploi, pas de pouvoir d’achat. Sans pouvoir d’achat, pas de prospérité. Mais il faut garder à l’esprit que la réalisation de bénéfices est tout aussi importante que la manière dont ces bénéfices sont réalisés, à savoir de manière durable.

Toute cette logique repose sur la compétitivité de nos entreprises et s’inscrit pleinement dans l’objectif des différents niveaux de pouvoir : mettre un terme à l’érosion de notre croissance économique et donc de la prospérité du pays.

Photo © belga

Nos partenaires

Domaines d'action

Un environnement entrepreneurial optimal est essentiel à une économie saine et à une croissance durable. La FEB entend contribuer à la création et au maintien d'un tel environnement, notamment en suivant attentivement tous les dossiers qui touchent de près la vie des entreprises. Voici, regroupés sous 18 thèmes, les dossiers sur lesquels elle concentre ses réflexions et initiatives.


Newsletters FEB et communiqués de presse

Inscrivez-vous et recevez chaque semaine, dans votre boîte mail, les derniers articles parus.