La FGTB rejette l'AIP : il faut à présent respecter la majorité qui a approuvé l’AIP

Les dés sont jetés : la base de la FGTB a décidé de rejeter l'accord salarial négocié. Chaque négociateur a conclu un projet d’accord en âme et conscience et l'a ensuite soumis à sa base. La FEB l’a défendu sans sourciller, même si certains éléments étaient également difficiles à accepter pour elle. La large majorité des syndicats et l’ensemble de la délégation patronale qui ont approuvé l’AIP doivent à présent être respectés.


Pieter Timmermans, ADMINISTRATEUR DÉLÉGUÉ
27 mars 2019

Le contexte politique et socio-économique nécessitait un accord interprofessionnel. Le Brexit pèse sur notre croissance économique et sur l'emploi privé. La politique commerciale du président américain Donald Trump a un impact significatif sur notre capacité d'exportation. La politique budgétaire italienne et son impact sur la stabilité de l'UE inspirent peu confiance. Au niveau national, les pouvoirs de l’actuel gouvernement minoritaire en affaires courantes sont réduits. De plus, les élections approchent et il est probable que les négociations en vue de la formation d’un gouvernement seront ensuite longues et difficiles.

Sur le plan du contenu, la consultation auprès de notre propre base a également donné lieu à quelques observations. Nos membres estiment que des mesures insuffisantes ont été prises pour relever les défis du marché du travail du 21e siècle. Ils sont déçus qu’il n’ait pas été possible de prendre davantage de mesures pour canaliser l'impact incontesté de la digitalisation sur le marché du travail. De nouvelles formes de travail et la flexibilité requise pour s'adapter à de nouveaux facteurs d’environnement seront en effet cruciales dans les années à venir.

Les aspects positifs résident principalement dans la compétitivité de nos entreprises associée à une hausse du pouvoir d'achat grâce à la marge salariale maximale de 1,1%. Le handicap salarial absolu pourrait de ce fait à nouveau diminuer d’environ un pour cent d’ici à 2020. En outre, les différentes CCT cadres conclues au CNT apportent la sécurité juridique dont chaque entreprise a besoin et un AIP offre de meilleures perspectives en matière de paix sociale. Ces aspects de fond, ainsi que le contexte macro- et géopolitique décrit ci-dessus, ont conduit le Conseil d’administration de la FEB à approuver le projet d’AIP. Notons que deux des trois syndicats sont arrivés à la même conclusion : l'AIP est plus qu'une négociation d’entreprise ordinaire !

Ceux qui ne sont pas ouverts au compromis feraient mieux de rester chez eux et de ne pas faire de politique, a dit un jour un grand homme d'État. Cela vaut également pour le Groupe des Dix. Les positions prises en préambule de l’AIP n'étaient guère propices à l’atteinte d’un consensus. Cela me fait penser à toute la saga entourant le Brexit. David Cameron s'est battu pendant des années contre une prétendue réglementation européenne sur la courbure des bananes, a obtenu son référendum et a ensuite plaidé pour le maintien du Royaume-Uni au sein de l'Union européenne. Le reste appartient à l’Histoire.

La FEB et ses secteurs déplorent profondément l’évolution des derniers jours. Le projet d’AIP contenait en effet un juste équilibre entre les dimensions sociale, économique et environnementale. De plus, dans le difficile contexte économique et géopolitique actuel (gilets jaunes, recul de la croissance économique, actions pour le climat, Brexit dur, gouvernement minoritaire, élections à venir…), renforcé par la montée de la fièvre électorale, il permettait de contribuer à la sérénité et à la paix sociale.

Le pire que nous puissions faire maintenant est de relâcher l’effort et de ne rien faire. Ce n’est clairement pas l’option retenue par la FEB ! Nous demandons encore que l’AIP soit intégralement mis en œuvre pour éviter l’incertitude et le chaos sur le terrain. Une large majorité des syndicats et l'ensemble de la délégation patronale ont approuvé l'AIP. Cette majorité doit être respectée. C'est pourquoi une concertation intensive est actuellement en cours avec le gouvernement, afin de trouver une technique juridiquement cohérente qui permette d’exécuter les différentes parties de l’AIP par voie d’AR et/ou de CCT. À suivre…

Nos partenaires

Domaines d'action

Un environnement entrepreneurial optimal est essentiel à une économie saine et à une croissance durable. La FEB entend contribuer à la création et au maintien d'un tel environnement, notamment en suivant attentivement tous les dossiers qui touchent de près la vie des entreprises. Voici, regroupés sous 18 thèmes, les dossiers sur lesquels elle concentre ses réflexions et initiatives.


Newsletters FEB

Inscrivez-vous et recevez chaque semaine, dans votre boîte mail, les derniers articles parus.